Dipa Te

FR/EN

 

Création : Chloé Beillevaire & Sabina Scarlat
Création sonore :  Christophe Franco

Résidences : Pôle 164/Marseille, Kunstenveinwagenhalle/Stuttgart, Garage29.
L’attitude ludique réinvente le monde car le jeu rend ses objets malléables. Dans Dipa Te, deux femmes détournent la question du genre pour se jouer de ses stéréotypes, manipulant des collants. Tout en reproduisant des clichés, elles en profitent pour en transformer continuellement le sens, dans un jeu d’enfilage de collant où la catégorisation du monde en féminin ou masculin échoue. 
Selon Hélène Marquié – chorégraphe et chercheuse sur la danse et le genre – “une pratique de danse transforme le corps qui devient acculturé, donc moins genré”. La danse peut être perçue comme un moyen d’échapper, l’espace d’un instant, aux assignations de genre. Pourtant, le “genre” est aussi actuellement une des thématiques les plus récurrentes en termes de créations chorégraphiques. Le sujet semble saturé tant les quêtes et revendications identitaires de genre culminent désormais sur scène, comme ailleurs. La question est de savoir si ces exacerbations d’images stéréotypées des genres laissent suffisamment de place aux individus et à leurs corps pour se réinventer…  
Qu’elles l’enfilent par la tête, les jambes ou les bras, les danseuses de Dipa Te nouent constamment les corps et la matière du collant, créant des effets graphiques et des formes abstraites qui jouent de la perte de lecture d’un corps genré.  L’objet « collant » devient costume ou accessoire a-sexué ; un jouet à travers lequel, les deux danseuses prennent la liberté d’offrir une vision nouvelle. 

 

 

 

 

 

© Giulia Ferrando



Garage29 asbl
Rue de Moerkerke 29
BE-1030 Brussels
contact@garage29-offestival.be