« Le prototype d’une « chose » est une pierre : nous pouvons nous demander où elle sera demain. Tandis qu’un baiser est un « événement ». Se demander où se trouvera le baiser demain n’a pas de sens. Le monde est fait de réseaux de baisers, pas de pierres. » ‘L’ordre du temps’, Carlo Rovelli

Notre mouvement bouge autour du concept du temps. Comme mémoire, pour le passé. Comme anticipation, pour le futur. Mais le temps n’est pas une ligne et le monde n’est pas si solide et continu, comme le voulait la physique classique. Comment ce concept peut-il se traduire dans nos vies ? Au niveau de l’action scénique nous travaillerons sur ce moment flou entre un événement et un autre. L’attente, l’hésitation, l’incertitude. La perte du fil, de l’attention, de l’orientation, de la mémoire. Du sens
même. Pour les mots, on s’inspire des textes du physicien Carlo Rovelli mais aussi de l’écriture d’Edouard Levé, Anton Tchekhov et Anne Carson. Pour les corps, on explore un mouvement qui ne va nulle part. Des oscillations, des fluctuations, des rebondissements, des glissements. Un corps sans but. Un corps qui cherche, qui essaye, qui ne sait pas encore.

Dans cet interstice de vulnérabilité, n’y aurait-il pas l’essence même ce que veut dire « humain » ? « Nous sommes plus complexes que ce que nos facultés mentales peuvent appréhender. L’hypertrophie de nos lobes frontaux est importante, elle nous a permis d’arriver sur la Lune, de découvrir les trous noirs, et de savoir que nous sommes les cousins des coccinelles. Mais elle ne suffit pas encore à nous éclairer sur nous-mêmes. » L’ordre du temps’, Carlo Rovelli

How long is for ever ? demande Alice au Lapin Blanc. Peut-être seulement une seconde, répond-il.

 


Créé et interprété par Maribeth Diggle, Lisi Estaras et Yohan Vallée
Dramaturgie et mise en scène de Gaia Saitta

Ⓒ Betty Goodwin, Seated figure with red angle (1988)