NOTHING SEXUAL

FR/EN
A la fin des années 60, à l’orée de la « dite » révolution sexuelle, Jacques Lacan, psychanalyste renommé de l’époque, énonçait: « il n’y a pas de rapport sexuel ». Cette phrase, avec tout ce qu’elle compte d’ironie, est restée dans l’histoire comme l’emblème de la part d’impossible — de ce qui ne parvient pas à se rencontrer — entre l’homme et la femme. Nous sommes aujourd’hui 50 ans plus tard et toujours en  révolution. 
« Trans », « bi », « pan », « cis », « poly », « fluide », « two spirits » — la multiplication des genres témoigne plus que jamais de l’impossible à rendre compte de la différence sexuelle. Tout au plus, elle se noie dans une ambiance genderfucker généralisée. Cette  déconstruction du genre, qui se borne aujourd’hui à sortir du « duel » par le pluriel, n’arrive toujours pas à bout du rapport sexuel qui n’existerait pas. 
A introduire la thématique de cette manière, une création chorégraphique sur la question des genres ne ferait qu’en rajouter aux catégories. Alors mettons les choses au clair ! Ce ne sera pas une étude sur nos identités sexuelles. Il ne sera pas question de sexe. Ni de la guerre des sexes. Ni de la révolution féminine à peine entamée ou celle masculine à venir. Il ne sera pas question de produire un savoir supplémentaire sur la question. Sauf qu’il ne sera question que de ça puisqu’il n’est jamais question que de ça!

 

 



Garage29 asbl
Rue de Moerkerke 29
BE-1030 Brussels
contact@garage29-offestival.be